Kateikyoushi Hitman Reborn !

Bienvenuto Nel Mondo Di Reborn !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Souvenirs d'une vie passée [PV Mitsuki]

Aller en bas 
AuteurMessage
Sayuri Hana
Aspirant CEDEF
avatar

Nombre de messages : 50
Age : 24
Localisation : Somewhere...
Date d'inscription : 19/12/2009

Feuille de personnage
Flamme: Pluie
Expérience :
22/100  (22/100)
Message RP:

MessageSujet: Souvenirs d'une vie passée [PV Mitsuki]   Lun 8 Fév - 0:26:24

Un lieu en hauteur, dans la pénombre d'une imposante colonne. Le genre d'endroit qu'aimait bien Sayuri : calme, avec un bon angle de vue. Mais elle n'était pas là pour contempler le paysage artisanal de la salle de concert dans laquelle elle se trouvait. La salle était richement décorée, et absolument vide. Non, Sayuri attendait autre chose. Ce n'était pas un concert non plus, même si elle appréciait la musique en général. Le concert de musique classique commençait dans maintenant environ deux heures et vingt minutes. La personne qu'elle attendait patiemment n'allait plus tarder, ce n'était sûrement plus qu'une question de minutes.

[Flashback]
Le téléphone portable de Sayuri bippa. Fouillant ses poches, elle finit par le trouver, curieuse de connaître le message qui lui avait été envoyé. Cinq lettre indiquant le destinataire retinrent son attention, il était simplement marqué : CEDEF. Un message du QG... Elle qui se baladait dans les rues de Florence, voilà que le QG lui envoyait un message, sûrement pour une mission. Et elle ne se trompait pas, c'était bien pour une mission. Elle parcourut le message, prenant garde de ne pas en perdre un détail qui pourrait s'avérer crucial.

" Officier du CEDEF Sayuri Hana,
vous avez été assignée à une mission d'assassinat d'importance de rang B..."

Une mission d'assassinat? De rang B? C'était la mission la plus importante qu'on lui avait confiée jusque là, et la troisième mission d'assassinat. Sayuri n'aimait pas tellement donner la mort sans raison valable, et que quelqu'un le lui ordonne ne constituait pas une raison valable. Qu'importe, les ordres sont les ordres.

" ... Vous devrez vous rendre dans la ville de Namimori, au Japon, afin d'effectuer cette mission à bien..."
Au Japon?! C'était extrêmement loin de l'Italie. Mais Sayuri avait toujours rêvée d'y aller, elle avait apprise la langue japonaise, et connaissait très bien la culture de ce pays. Il fallait aussi dire que la mafia japonaise était assez réputée. Et en plus, le Japon est la demeure du Juudaime. Quelle chance!

" Vous trouverez ci-joint une fiche avec une photo contenant toutes les informations à propos de votre cible.
Bonne chance."

En effet, il se trouvait ci-joint au message une fiche complète de la cible qu'elle avait à abattre. Il semblait assez "normal" à première vue. Sayuri s'empressa de regarder sa situation familiale. De la chance, il n'avait pas d'enfants, et avait divorcé il y a deux ans, il était donc célibataire. Sayuri n'aurait jamais pu tuer un père ou une mère, elle ne voulait pas que d'autres aient la même souffrance qu'elle. L'orphelinat ne devrait jamais exister, pour quelque raison que ce soit. Selon les informations de la fiche, il s'agissait d'un civil au service des Millefiores, une taupe qui glane les informations et les revend. Il avait déjà causé beaucoup d'ennuis à quelques Vongolas.
*Bon, et bien en route! Le voyage est long!*
[Fin Flashback]

Des pas retentirent et la porte grinça. Quelqu'un approchait. Les renseignements qu'avait obtenus Sayuri étaient de bonne qualité. Elle en avait retenu que son gout immodéré pour la musique le faisait arriver, pour des raisons qu'elle ignorait, toujours environ deux heures et demi avant le début d'un concert. C'était sûrement son homme qui approchait, quelques mètres en dessous de ses pieds. De dos, cela semblait être lui. Il alla s'assoir a une place qui l'avantageait, juste devant la scène. Ça aussi c'était prévu, Sayuri s'était embusquée en conséquence.
Elle vérifia une dernière fois qu'il s'agissait bien de son homme, puis sortit sa boîte-arme. L'ouvrant à l'aide de son anneau, elle se saisit de l'arc qu'elle affectionnait tant, et encocha une flèche. Il était totalement immobile, à une petite dizaine de mètres, une cible facile. Ramenant la corde à sa joue, elle retint sa respiration alors qu'elle visait sa cible. Elle ne devait pas la louper. Relâchant la pression de la corde, la flèche partit droit vers la nuque de l'homme, qui fut transpercée avant qu'il n'ait pu comprendre ce qui lui arrivait. Sayuri murmura quelques mots...

- Nami Di Pioggia...
L'une de ses techniques, visant initialement à baisser les réflexes et la concentration de son adversaire. Elle servait ici à rendre la mort de sa cible moins douloureuse. Elle ne savait pas si ça marchait vraiment, mais c'était probable. Il ne restait pas à cet homme plus de quelques secondes à vivre.
Cela était si simple de détruire en un instant ce que mère nature avait mis tant d'années à construire. Si simple de détruire et si difficile de créer. Donner la mort était une tâche que détestait Sayuri quand elle n'avait pas de rancune personnelle envers telle ou telle personne. Elle se sentait capable de tuer tous les Millefiores sans états d'âme, eux qui avaient tués ses parents, mais tuer un civil par ordre d'un supérieur l'emplissait d'une appréhension évidente. Mais cette appréhension était née après que la flèche ait accomplie son œuvre. C'était sans doute mieux ainsi pour les Vongolas, et pour elle. Car ne pas réussir cette mission par pitié lui aurait sûrement valu un blâme de la part de ses supérieurs... Qu'importe, il ne fallait plus que penser à la mission maintenant...
Sayuri descendit de son perchoir, elle se dirigea vers le cadavre, et en tira un porte-feuilles de sa poche. Non, ce n'était pas pour les billets, mais bien pour sa carte d'identité. Il lui fallait une preuve de son élimination. C'était chose faite. Elle vérifia ne pas avoir laissé de traces, pour ne pas que l'enquête de la police arrive à bien. Puis elle se dirigea vers la sortie.
Normalement, son ancienne cible était le seul dans la salle pendant un grand bout de temps -elle ne comprenait vraiment pas pourquoi il venait si tôt- , mais Sayuri se figea en entendant d'autres pas approcher. Ils allaient la trouver, elle et le cadavre. Elle serait sûre de passer toute son existence derrière des barreaux, dans un cachot moisi. Non, elle ne le voulait absolument pas. Elle se dépêcha et escalada habilement le mur à coté de la porte principale, avant de se percher sur une corniche au-dessus de la porte, arc à la main.

Les témoins gênants subissent souvent le même sort que la victime si ils tombent entre les mains de l'assassin. Celui qui approchait n'allait sûrement pas se dérober à la règle. Sayuri encocha une nouvelle flèche, et ramena à nouveau la corde près de sa joue, attendant que la personne rentre. La porte s'ouvrit, pour laisser place à une chevelure assez longue et rose, c'est ce que Sayuri voyait de son perchoir. C'était donc une fille qui venait de rentrer. Cela n'avait pas d'importance, elle vivait peut-être ses dernières secondes.
Mais Sayuri n'avait pas pris en compte un facteur, celui de la solidité de la corniche sur laquelle elle se trouvait. Car quand la porte s'ouvrit, elle avait frotté sur son perchoir, provoquant un petit choc. Sayuri sentit un de ses pieds se dérober, des gravats qui trainaient là on se sait pourquoi, tombèrent à coté de la femme qui venait d'entrer. Sayuri venait de signaler sa présence bêtement, et en plus, elle était déstabilisée, et ne pouvait pas tirer avant que l'autre personne n'ait sûrement le temps de réagir. Le destin semblait bien lui avoir joué un sale tour...


Dernière édition par Sayuri Hana le Jeu 18 Fév - 15:46:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuki Kagura
Aspirant Leone
avatar

Nombre de messages : 71
Age : 26
Date d'inscription : 17/12/2009

Feuille de personnage
Flamme: Ciel
Expérience :
5/100  (5/100)
Message RP: 5 messages & ancuns topic'

MessageSujet: Re: Souvenirs d'une vie passée [PV Mitsuki]   Jeu 11 Fév - 19:53:26

    Hagane Hana…Et sa femme, Koori Hana. Assassinés lâchement par les Millefiore. Mitsuki venait de recevoir quelques informations sur ces deux personnes. Elles ne semblaient pas si importantes, pourtant Mitsuki avait pris pour habitude de lire chaque rapport, même si vieux soit-il, lorsqu’elle les recevait. Elle se devait de rattraper les erreurs de son père, et il n’y avait que de cette façon qu’elle y arrivait un jour. Elle lisait donc le rapport lentement. Deux hauts placés dans le CEDEF, ils avaient même une fille ! Il était d’ailleurs noté entre parenthèse dans le rapport que c’était une information qui avait été dure à trouvée, pour une raison inconnue, ils avaient essayés de la cacher au mieux. Sans doute pour sa protection, pensa Mitsuki. Elle lu le rapport en silence, tués par des Millefiore, les pauvres…Elle avait même le nom de l’assassin dans son rapport, Matthew Fuyu. C’était vraiment de l’excellent boulot que ses informateurs avaient fait, comme toujours d’ailleurs. Elle continua sa lecture, qui parlait à présent de leur fille, Sayuri. Elle-même faisait actuellement partit du CEDEF, mais bon, Mitsuki ne jugea pas cela très important. Elle classa soigneusement les dossiers dans les archives, se disant qu’elle les ressortirait au besoin.

    ~Une semaine plus tard~

    Mitsuki avait passé cette dernière semaine dans les documents, pour ne pas changer. Elle lisait, et relisait, triait, classait…Jusqu’à ce qu’un informateur vienne de nouveau la voir, au bout d’une semaine. Elle avait demandé à ce qu’on la prévienne s’il se passait quelque chose pour Sayuri Hana, s’il se passait quelque chose de nouveau. Pourquoi ? Elle ne savait pas, cette fille l’intriguait voila tout. Et on vint l’informer qu’elle était en route pour le Japon, pour un assassinat. Sa cible ? Un civil aux services des Millefiore. Pourquoi donc le CEDEF s’inquiétait tant d’un homme pareil ? Il devait sans doute savoir quelque chose de dangereux pour eux. Elle n’y prêta à vrai dire pas tellement attention. Il suffisait de le questionner après tout. Il ne lui fallut pas bien longtemps pour en apprendre beaucoup sur les habitudes de cet homme. Une d’elle intéressa particulièrement la demoiselle, les concerts auxquels il assistait, et cette étrange habitude d’arriver à la salle de concert deux heures et demi avant le début du spectacle. Etrange, mais Mitsuki était heureuse de voir qu’elle avait une bonne opportunité de voir cet homme, si toutefois il était encore en vie d’ici l’arrivée à l’heure de ce concert bien évidemment.

    Elle se leva en s’étirant et posa son regard sur l’heure. Elle avait un peu de temps devant elle. Une donne douche avant de sortir de serait pas de refus. En effet, elle avait beau en avoir pris une au matin, elle s’était remise directement en pyjama après, elle se sentait plus à l’aise de la sorte pour travailler. Elle passa donc sous la douche et enfila des vêtements, à savoir un jean et un simple débardeur. Elle enfila également une ceinture, pour y accrocher ses boites, et mis une casquette sur sa tête, ainsi que sa bague à son doigt. Cet homme allait recevoir une petite visite surprise. Elle prit ses chaussures, les documents qu’elle avait sur Sayuri et ceux qu’elle avait sur cet homme et les fourra dans un sac de sport qu’elle mit sur son épaule, et sortit pour enfiler ses rollers, elle avait trop traîné à la douche et devait à présent se dépêcher. Roulant assez rapidement, elle traversa la ville en un rien de temps et attendit à quelques mètres de la salle de concert, avec de la bonne musique sur les oreilles, bah oui, il faut bien passer le temps, pas vrai ?

    Elle observa les alentours, qui étaient déserts, en souriant. Elle n’aurait pas de mal à lui foutre la pression, aucun témoin, c’était parfait. Elle enflamma son anneau et ouvrit une de ses boites. Un revolver en sortit. Bien évidement, il était censé y en avoir deux, mais un seul serait suffisant, n’oublions pas que bien qu’il était à la solde des Millefiores, il n’en restait pas moins un pauvre petit civil sans défenses. Et alors qu’un sublime morceau de violon caressait ses oreilles, il se montra enfin, passant juste devant la jeune fille sans aucunes craintes, il n’avait pas vu l’arme. Elle la plaça délicatement sur sa nuque en retirant ses écouteurs de son autre main et dit qu’une voix sèche à l’homme qu’il avait intérêt à lui remettre les documents qu’il avait en sa possession et aller dans cette fameuse salle de concert sans se retourner. Il tremblait comme une feuille…c’était un jeu d’enfant ! Il sortit d’un sac qu’il avait en main une pochette dont s’empara Mitsuki et continua son chemin, toujours trempant, implorant pour sa vie. Puis au fur et a mesure qu’il avançait, il reprenait confiance en cette personne qui l’avait menacer, se disant qu’elle ne le tuerait pas, ayant eu ce qu’elle voulait. C’était vrai. Ce n’était pas elle qui lui donnerait la mort, et c’était bien parce qu’elle était prévu qu’elle l’avait laissé filer.

    Elle avait suivit le moindre de ses gestes jusqu'à ce qu’il fut entré, et retira ensuite enfin ses rollers pour mettre de simples chaussures, prenant soin de mettre les rollers dans le sac, et observa les grandes lignes du rapport destiné aux Millefiore. Intéressant. Un document destiné à l’assassin des parents de la jeune fille lui-même ? Etait-ce donc lui qui allait venir le chercher en personne ? Avec un sourire de gamine, curieuse elle se dirigea également vers la salle de concert. Les choses pourraient être très intéressantes par la suite. Dangereuses également pour la jeune CEDEF. Fructueuses pour les Millefiore. Elle ne pouvait pas laisser la jeune Sayuri risquer de perdre la vie contre un Millefiore pas vrai ? Après tout, elle n’aimait pas tellement les Millefiore, et avait un certain attachement pour les Vongola et leurs alliés. Elle fourra donc le document dans son sac et se dirigea vers la salle de concert, pour finalement entrer dans la pièce encore très peu éclairée. Un peu plus loin, l’homme à qui elle venait de voler le document, mort. Elle ne perdait pas de temps en tout cas ! Elle sentait une autre présence également, en hauteur, sur le coté…La jeune fille pour qui elle était venue, sans doute ? Elle fit mine de ne rien remarquer, jusqu’à ce que des gravats tombent à coté d’elle bien évidement. Dans ce cas là bien sur il ne fallait pas être mafieuse pour se douter de la présence de quelqu’un. Elle leva donc la tête, voyant une jeune fille blonde qui l’avait en joue avec un arc. Elle soupira en pointant son revolver dans sa direction. Les choses n’allaient pas être si simple finalement.

    Elle regardait la blonde avec un air tellement innocent qu’on aurait pu se demander si son arme n’était pas en réalité un jouet pour enfant, et pourtant, c’était bel et bien une arme, et on pouvait bel et bien tuer avec. Passant son autre main dans ses cheveux, toujours en observant la blonde, elle dit d’une voix calme, avec un sourire.

    -Dit, je ne suis pas là pour me battre contre toi, alors que dirais tu de descendre et de parler deux minutes avec moi ? Tu dois être Sayuri Hana si je ne me trompe pas ?

    D’autres bruits de pas se firent malheureusement entendre et la porte s’ouvrit de nouveau. Le troisième acteur de cette scène était-il donc arrivé ? Trop tôt, un peu trop tôt cependant. Elle ne pouvait pas sortir son second revolver dans cette posture alors que faire ? Faire confiance à Sayuri, et viser la personne qui allait entrer ? Qu’il soit le Millefiore ou un simple civil, qu’il les voit comme ça était dangereux après tout. L’inconnu poussa la porte et entra. Un beau garçon d’une vingtaine d’année, les cheveux noir et les yeux noir entra, habillé d’un jean et d’un T-shirt noir. Mathhew Fuyu, c’était bel et bien lui. Tant pis, bon gré, mal gré, elle changea de cible. Ce garçon était bien plus terrifiant après tout. Quand elle pensait à l’âge qu’il devait avoir lorsqu’il avait tué deux élites du CEDEF…Il ne devait à présent pas avoir une puissance négligeable, loin de là. Elle se mordit la lèvre, et dit d’une voix calme, mais sérieuse, le regard emplit de haine, qui avait pris une couleur argent.

    -Toi…

    [hrp]Voila, désolée, post pas terrible :/ dit moi si tu veux que je modifie un truc ! ^^[/hrp]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melo-chan.skyrock.com/
Sayuri Hana
Aspirant CEDEF
avatar

Nombre de messages : 50
Age : 24
Localisation : Somewhere...
Date d'inscription : 19/12/2009

Feuille de personnage
Flamme: Pluie
Expérience :
22/100  (22/100)
Message RP:

MessageSujet: Re: Souvenirs d'une vie passée [PV Mitsuki]   Jeu 11 Fév - 23:04:44

Sayuri se campa à nouveau sur ses appuis. La fille s'était retournée vers elle et pointait un revolver vers son cœur, et Sayuri pointait une flèche vers le sien. Elle aurait pu tirer alors que Sayuri était encore déstabilisée, mais elle ne l'as pas fait... Vu de face, on aurait vraiment dit une gamine, une gamine avec un jouet. Mais Sayuri voyait bien que le pistolet était un vrai, et qu'en appuyant sur la détente, une balle mortelle la tuerait. Qui était cette jeune fille, qui porte sur elle un pistolet? Elle était de la mafia? Et si c'était une Millefiore, venue récupérer des informations? C'était possible... Cela expliquerait aussi l'avance avec laquelle elle était arrivée dans la salle de concert.
Mais lorsque la jeune fille qui lui faisait face prit la parole, ce ne fut même pas pour lui dire de lâcher son arme, mais bien de descendre pour discuter. Sayuri resta figée sur place après avoir entendue la dernière phrase qu'elle avait prononcée. Comment connaissait-elle son prénom? Étais-ce une tueuse à gage chargée de la tuer?? Sayuri n'eut même pas le temps de continuer de s'interroger que d'autres bruits de pas retentirent. Il y avait un peu beaucoup de monde qui arrivait en avance pour ce fameux concert, même si ce n'était sûrement pas le concert qui les intéressaient...
La porte s'ouvrit, et la jeune femme braqua son pistolet sur l'individu, que Sayuri ne pouvait pas voir car il n'avait pas encore passé la porte. Elle ne pouvait pas voir de qui -ou de quoi- il s'agissait... On pouvait voir à l'expression de la femme aux cheveux roses que ce n'était pas une personne qu'elle appréciait beaucoup, et apparemment, elle la connaissait aussi. mais comment cette fille pourrait-elle la connaître? Sayuri ne l'avait jamais vue de sa vie, et voilà qu'elle l'appelle par son prénom. Sayuri aurait bien aimé lui répondre mais maintenant qu'une troisième personne était arrivée, il valait mieux s'abstenir.

Sayuri expira calmement, sans bruit. Elle devait analyser cette situation difficile afin de faire le meilleur choix. Elle avait en joue une jeune femme qui a l'air totalement inoffensive avec un pistolet qui connait son nom. Cette femme était sans doute témoin du meurtre que Sayuri avait commis, mais avait braqué son arme sur la troisième personne qui venait d'apparaître. Puisqu'elle avait détournée son attention de Sayuri, c'est ou alors qu'elle a trouvé un adversaire plus dangereux qu'elle, ou alors qu'elle la considère comme son alliée. La troisième personne serait donc dans tous les cas quelqu'un de menaçant, puisqu'elle braque une arme sur cette personne.
Logiquement, cette femme aux cheveux roses serait donc son alliée? C'était ce qui était le plus probable. Sayuri la jugeait digne de confiance, même si la haine à l'égard de celui qui venait d'arriver semblait assez importante. La jeune agente du CEDEF décida donc de se laisser tomber de son perchoir, et de braquer son arc vers celui qui venait d'arriver.

C'était un jeune homme, noir de la tête aux pieds. Cheveux, yeux, vêtements, tout était noir chez lui, même son âme semblait noire. Sayuri déglutit et eut un mauvais pressentiment, comme si cet homme avait quelque-chose à voir avec elle. Elle décida de ne pas se formaliser sur la femme aux cheveux roses à côté d'elle, et de s'occuper du nouvel arrivant, qui semblait beaucoup plus redoutable.

" Qui es-tu, et que veux-tu? "
Pourquoi n'irait-il pas au concert comme le cadavre qui trainait un peu plus loin? C'était probable, mais personne n'est censé arriver autant en avance. L'homme ignora totalement sa question, impassible, et préféra prononcer quelques paroles, qui n'eurent aucun sens immédiat pour Sayuri.
" Ca fait longtemps que je n'ai plus vu d'arcs... "
Quel était maintenant le rapport avec les arcs? Oui, Sayuri en avait un en main, le menaçant d'une flèche, mais pourquoi dire ça maintenant? Il avait déjà vu un arc avant?! Mais que voulait-il dire? Peut-être que... qu'il s'agissait de ses parents? Il les avaient connus? Mais qui était-il donc?? Et que diable faisait-il ici?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuki Kagura
Aspirant Leone
avatar

Nombre de messages : 71
Age : 26
Date d'inscription : 17/12/2009

Feuille de personnage
Flamme: Ciel
Expérience :
5/100  (5/100)
Message RP: 5 messages & ancuns topic'

MessageSujet: Re: Souvenirs d'une vie passée [PV Mitsuki]   Lun 15 Fév - 17:11:26

    Comment allait réagir cette jeune fille du CEDEF alors que Mitsuki venait de changer de cible, pour cibler cet homme Millefiore ? Si à présent elle voulait la tuer, elle n’aurait aucun mal, du moins aucune hésitation dans son tir. Il n’était pas dit qu’une parraine du niveau de Mitsuki n’aurait pas su arrêter une flèche, tout comme il n’était pas dit que cette jeune fille ne pourrait pas la tuer facilement…bien délicate situation dans laquelle se trouvait notre parraine. Elle pouvait tout aussi bien se trouver avec deux ennemis face à elle qu’un ennemi en face d’elle et Sayuri. Tout dépendait en faite de la décision de la blonde, qui elle-même ne devait pas se trouver dans une position très délicate. Décider de faire confiance à Mitsuki ou non ? C’était prendre un risque de se faire trahir pour elle, mais si elle décidait de lui faire confiance à elles deux elles auraient sans doute moins à craindre de cet homme. Et ce dernier justement, tout de noir vêtu devait être bien amusé par cette situation, lui qui connaissait Mitsuki, et qui devant sans doute se souvenir de Sayuri. Quoi que, il avait peut-être aussi tellement tué que pour lui elle ne serait qu’une jeune fille parmi tant d’autres. Mais passons, la situation toute entière pour chacun allait déprendre de la décision de la CEDEF, qui descendit de son perchoir. Sans doute avait-elle fait son choix. Le cœur de Mitsuki se mit à battre légèrement plus vite une fraction de seconde, puis Sayuri braqua son arc sur Matthew. Mitsuki eu un soupire de soulagement intérieur. Les choses allaient donc être les plus simple possible pour les deux jeunes filles, bien que simple, dans le cas actuel, reste tout de même être un grand mot. Sayuri pris la parole, sans avoir l’air de se soucier de Mitsuki pour le moment.

    " Qui es-tu, et que veux-tu? "

    Comme s’il ne pouvait pas s’agir d’une personne qui allait simplement au concert. Quoi que vu la réaction de la parraine ça paraissait tellement peu probable. Et puis, un cas qui arrive deux heure et demi à l’avance à un concert c’était bien assez n’est-ce pas ? En plus un homme tel que lui, qui ne panique même pas de voir un revolver, qui le reste lorsque s’ajoute un arc, un homme capable de rester impassible alors que deux jeunes filles le menacent, alors que deux jeunes fille pourraient lui ôter la vie aussi facilement, trouveriez-vous ça normal ? Les mains dans les poches, il se contentait de regarder la CEDEF, plus précisément son arme, puis se décida à sortir quelques mots, de simples petits mots qui pourraient paraitre sans importance, dans la mesure où on ne sait pas il est bien entendu, quelques petits mots qui sembleraient sans doute juste étrange à la blonde, alors que Mitsuki comprendrait très bien le sens de ses paroles.

    " Ca fait longtemps que je n'ai plus vu d'arcs... "

    En effet, cela faisait longtemps. Des années. Et cet arc en particulier pas vrai ? Parce qu’il en avait tué l’ancienne propriétaire, étant très jeune en plus. Sortir une telle remarque sans que la principale concernée ne puisse la comprendre…Quel homme répugnant. Elle le lâcha un moment du regard pour observer Sayuri. Elle ne devait plus comprendre grand-chose la pauvre petite. Posant à nouveau son regard sur l’homme en noir, elle répliqua, sèchement.

    -Oui, et en particulier celui-ci, n’est-ce pas ? Combien d’années maintenant, depuis l’assassinat de ses parents que tu as accomplit avec merveille, malgré ton jeune âge ?


    Il avait posé son regard sur Mitsuki, surpris. Elle avait assisté à la scène, elle était petite, mais elle ne s’en souvenait que trop bien. Et l’assassin n’avait pas beaucoup changé depuis, elle reconnaissait encore ses traits. Lui sans doute ne se souvenait plus d’elle. Mais quelle importance de toute façon ? Elle s’en fichait pas mal, qu’il se souvienne d’elle ou non. L’important à présent allait être la réaction de la jeune blonde. Peut-être l’avait-elle dit trop sèchement, peut-être avait-elle été trop directe ? Alors que l’homme se mettait à rire, bien qu’elle ne voyait pas en quoi la situation était amusante, elle posa de nouveau son regard sur Sayuri…Alors que l’homme, hilare, repris la parole.

    -Ah oui effectivement ! Mais je l'ai revue entre temps...pourquoi dible ne l'ai je pas tuée ce jour là ?

    Et il continuait de rire, amusé, un rire qui commençait à mettre la parraine tellement en rogne qu’elle finit par lui tirer dessus…Bien sur, une simple balle comme celle-ci ne l’aurait pas tuer, mais tant qu’il arrêtait de rire, elle s’en contenterait…du moins pour le moment. Alors comme ça il l'avait déjà vu ? C'était un miracle dans ce cas qu'elle soit encore en vie...Pourquoi il ne l'avait pas tué, oui, elle se posait cette question aussi.

    [hrp]Voila, encore une fois si tu veux que je modifie quelque chose fais le moi savoir^^[/hrp]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melo-chan.skyrock.com/
Sayuri Hana
Aspirant CEDEF
avatar

Nombre de messages : 50
Age : 24
Localisation : Somewhere...
Date d'inscription : 19/12/2009

Feuille de personnage
Flamme: Pluie
Expérience :
22/100  (22/100)
Message RP:

MessageSujet: Re: Souvenirs d'une vie passée [PV Mitsuki]   Mer 17 Fév - 14:23:07

-Oui, et en particulier celui-ci, n’est-ce pas ? Combien d’années maintenant, depuis l’assassinat de ses parents que tu as accomplit avec merveille, malgré ton jeune âge ?

Le cœur de Sayuri loupa un battement. Elle avait dû mal entendre, ce n'était pas possible, pas maintenant. "L'assassinat de ses parents", ce n'était peut-être pas les siens. Mais visiblement ils parlaient bien d'elle. Ce devait être une erreur, ça s'était passé il y a plus de dix ans, les boîtes-armes étaient encore à l'état expérimental. Mais c'est bien l'arc de sa mère qui était dans la boîte arme de Sayuri, il y avait été introduit comme beaucoup d'autres armes Vongolas. Elle était complétement pétrifiée à cette idée. Elle était incapable de bouger un seul muscle. le niveau de ses parents dépassait largement le sien, sans le pouvoir des boîtes et des anneaux. Et celui qui lui faisait face était plus vieux d'une vingtaine d'années.

-Ah oui effectivement ! Mais je l'ai revue entre temps...pourquoi diable ne l'ai je pas tuée ce jour là ?
Puis il éclata d'un rire mauvais. Un coup de feu retentit, faisant stopper le rire. Mais le coup était parti à côté de sa cible. Non, il avait bien été tiré. Mais cet homme avait des réflexes surprenants, à peine Mitsuki avait-elle amorcé le mouvement de son doigt, déjà l'homme s'était placé sur ses appuis, avant de se pencher sur le côté, d'une manière simple, pour éviter la balle qui était parti.

Ce rire, cette attitude. Sayuri n'avait pas oubliée son but, celui de venger ses parents. Sa peur inconsciente se transforma en adrénaline. Elle avait soudaine envie de l'égorger, sans le moindre état d'âme, de lui faire regretter l'existence même, et de la lui faire stopper. Mais la mort du meurtrier peut-il réellement venger celle des victimes? C'est ce que Sayuri pensait, et elle avait, au fond d'elle même, attendue ce jour depuis longtemps. Le jour où elle pourrait enfin tuer leur meurtrier.
Abandonnant toute notion de prudence et de peur, elle enflamme son anneau d'une flamme imposante, avant de décocher une flèche droit vers sa tête. Après à peine quelques centimètres, la flèche se désagrégea en une multitude de flammèches de la pluie, qui prirent toute la largeur du couloir.
L'homme qui faisait face aux deux filles ne bougea même pas. Il balaya les flammèches qui arrivaient sur lui d'un revers rapide de main. Le geste avait été effectué avec une rapidité folle, presque inhumaine. Ce n'était pas un adversaire à sous-estimer, loin de là. Sayuri encocha rapidement 3 flèches, et tira tout aussi rapidement sur les murs tout autour du meurtrier. Les flèches dégagèrent chacune simultanément des vagues de flammes de la pluie, qui allèrent frapper l'homme, qui avait reculé pour en esquiver le principal. Sayuri s'élança ensuite sans toujours prendre garde à la fille aux cheveux roses qu'elle laissait en arrière. La rage la rendait aveugle, et l'envie de le tuer était devenue insoutenable.
L'homme en noir rit à nouveau, comme si il était amusé par ce qui se passait. En courant, Sayuri rangea son arc dans son dos comme elle le fait souvent, et avait dégainé une dague accrochée à sa ceinture. Elle était déjà à son niveau et porta un coup rapide vers le buste de son adversaire. Il esquiva habilement, malgré les effets des flammes de la pluie qu'il devait ressentir, puis, profitant du léger déséquilibre de Sayuri après ce coup, lui asséna un violent coup de poing au creux de l'estomac, qui eut comme effet de la plier en deux sous la douleur. Sayuri recula de quelques pas en vacillant, luttant pour ne pas s'effondrer, la respiration coupée. Elle cherchait de l'air, alors que la douleur se dissipait rapidemment. Son esprit submergé par la colère poussait son corps à son maximum, et elle retrouva tous ses moyens en quelques secondes. Le souffle très court, Sayuri resserra l'étreinte de sa dague, plus volontairement que par rage, cette fois ci. Elle avait une petite idée.
Elle s'élança vers l'homme et fit semblant de lui porter un coup de dague horizontal. Mais avant que le coup n'aboutisse, Sayuri ramena son bras vers elle, faisant passer le coup devant l'homme. Puis elle profita du mouvement tournant qu'elle avait amorcé pour lui asséner un violent coup de pied retourné dans le visage. Il avait réussi à absorber une partie du choc avec ses bras, mais avait été également touché au visage, cela pouvait se voir. Lui aussi avait légèrement reculé. Sayuri essaya de profiter de l'hypothétique déstabilisation de son adversaire en s'élançant à nouveau vers lui. Mauvais calcul, il arriva à esquiver son coup de dague. Et chose plus négative, des sortes de griffes métalliques courtes firent leur apparition le long des doigts de Mathew. D'un geste similaire au coup qu'il lui avait précédemment porté, il planta les lames dans le ventre de Sayuri, qui ne put retenir un hoquet de douleur. L'homme retira ensuite les lames et recula. Sayuri fit quelques pas en arrière elle aussi, elle menaçait à nouveau de s'effondrer. Mais cette fois ci, sa tunique s'imbibait d'un liquide rouge, chaud et poisseux. L'adrénaline qui circulait dans son sang s'était comme estompée. Ça faisait mal. Horriblement mal. Sayuri porta une main à son ventre, lorsqu'elle la releva, elle était déjà rouge de sang.
Il y eut un tintement métallique. Sayuri avait lâchée sa dague. Elle n'avait pas envie de s'effondrer, pas contre lui, mais elle sentait que dans quelques secondes, elle serait à terre, sans que l'homme en face d'elle qui la regardait avec un sourire psychopathe n'eut fait un mouvement de plus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuki Kagura
Aspirant Leone
avatar

Nombre de messages : 71
Age : 26
Date d'inscription : 17/12/2009

Feuille de personnage
Flamme: Ciel
Expérience :
5/100  (5/100)
Message RP: 5 messages & ancuns topic'

MessageSujet: Re: Souvenirs d'une vie passée [PV Mitsuki]   Mer 17 Fév - 23:53:48

    Et maintenant ? Ce qu’il avait dit, ce rire, cette franche provocation…Sayuri allait-elle pouvoir rester calme ? Il avait tué ses parents et rigolait franchement devant elle…Mitsuki avait tellement haït son père, parce qu’à ses yeux c’était à cause de lui qu’elle était morte. Bien qu’elle ne l’ait pas connue, bien qu’il n’était directement fautif…Sayuri quand à elle avait bel et bien connu ses parents, de ce que la parraine avait compris des rapports, ils étaient de bons parents, et ce mecs les avaient tués, il avait supprimé à jamais ces instants de bonheurs qu’elle aurait pu avoir avec eux, et en prime, il s’en moquait, il en rigolait ouvertement devait elle, devant leur fille, devant la personne à qui il avait tout pris. Il était clair que Mitsuki elle-même ne serait pas resté calme devant un mec comme ça. Elle aussi, bien que ce n’était pas ses parents qu’il avait tués, son attitude lui donnait envie de l’étrangler, de l’étriper, le démembrer, et passons. C’était la raison pour laquelle elle comprenait aussi que si qu’il ne fallait pas qu’elle s’en mêle sur l’instant. Si Sayuri ne se battait pas contre cet homme d’elle-même, elle le regretterait sans doute, elle en voudrait sans doute à la parraine. La parraine elle-même aurait préféré s’en prendre à se genre d’ennemi elle-même, un personne qui lui aurait tout retiré, elle aurait voulu l’affronter seul à seule, même si la défaite aurait été certaine.

    La jeune demoiselle enflamma donc son anneau, une belle flamme pure de couleur bleu brulait vivement. La flamme de la pluie, la tranquillité. Mitsuki se contenta d’observer cette superbe flamme, elle avait beau avoir l’air si pure, si puissante, cela suffirait-il contre ce garçon ? Si jeune il avait tué ses parents. Mitsuki doutait qu’elle était à présent aussi forte que des agents du CEDEF aussi renommés qu’eux, par ailleurs, il était jeune à cette époque, et devait à présent être bien plus fort. Sayuri décocha une flèche droit vers la tête de Matthew, flèche qui se multiplia par la suite, mais il n’eu même pas besoin de bouger, il stoppa l’attaque sans mal. Cela n’impressionnait même pas la parraine qui se contentait d’observer, en retrait. Elle luttait pour ne pas l’aider, cela la rongeait de l’intérieur, la laisser se battre contre un tel homme ? C’était aussi clair pour elle que regarder l’homme la tuer. C’était insupportable. Elle ne supportait pas de laisser quelqu’un qui a besoin d’aide de la sorte, pourtant, c’était le mieux pas vrai ? Pour ne pas qu’elle soit blessé à un endroit où on ne pourrait jamais la soigner…Elle encocha trois autre flèches pour les tirer sur le mur, tout autour de Matthew. L’avait-elle raté à ce point, ou alors préparait-elle une nouvelle attaque ? La réponse apparue au moment même où les flèches se mirent à dégager simultanément des vagues de flammes de la pluie pour la frapper, bien qu’il ait su esquiver le principal. Ce qui l’avait touché ne du pas l’avoir blessé grandement, pourtant Mitsuki ne pu s’empêcher de sourire. Cette attaque l’avait peut-être raté, mais cette fille avait de bonnes techniques, avec une flamme puissante.

    Et Matthew rit de nouveau. Quel homme répugnant. Non pas pour son physique, mais pour son mental. On le voyait bien, la situation l’amusait au moins autant qu’elle énervait la jeune parraine. Et Sayuri continuait d’enchainer les attaques, courant vers lui, elle avait placé son arc dans son dos pour dégainé une dague qui était accrochée à sa ceinture, que Mitsu n’avait d’ailleurs remarqué que quand la pris. A peine arrivée à son niveau, elle lui porta un coup rapide au niveau du buste, qu’il esquiva aisément. Profitant du déséquilibre le la jeune fille i la frappa d’un violent coup de poing au creux de l’estomac. Pliée en deux à cause de la douleur, sa victime du reculer de quelques pas en vacillant. Quelques secondes passèrent, sans que Matthew ne tente rien, le temps qu’elle se redresse, se remettant petit à petit du coup, elle resserra son poing sur la dague. S’élançant vers l’homme, elle lui porta un coup de dague horizontal, du moins en apparence. Avant que le coup n’aboutisse, elle ramena son bras vers elle, faisant passer le coup devant Matthew. Quel genre d’attaque allait-elle donc faire ? Sous le regard curieux de la parraine, elle lui asséna un violent coup de pied retourné dans le visage, il absorba malheureusement le choc avec ses bras, bien qu’il fut légèrement touché au visage. Il avait légèrement reculé, Mitsu sourit, c’était un jolie coup que la blonde venait de lui porter. Malgré la différence de puissance, elle avait réussi à le blesser un peu, s’était tout de même un petit exploit. Elle tenta un nouveau coup de dague, mais il l’esquiva cette fois, contre attaquant. Des griffes courtes, métalliques firent leur apparition le long des doigts de Matthew, il planta ses lames dans le ventre de la jeune fille. C’était sans doute la fin. Mitsuki en profita pour sortir son second revolver de sa boite, elle allait prendre la relève, et un revolver ne suffirait pas contre lui.

    Il retira ses griffes de son corps et recula calmement, tout comme la jeune fille, qui devait sans doute avoir peine à tenir debout. Peu à peu ses vêtements s’imbibaient de sang. A la vitesse où il se propageait, la blessure devait être profonde. Elle porta sa main à son ventre puis ensuite posé son regard dessus. Elle devait à présent comprendre qu’elle ne pourrait plus se battre. Sans doute à bout de force, elle lâcha sa dague, et bientôt, ce serait sans doute tout son corps qui serait au sol. A l’ instant où elle s’effondra, Mitsuki se précipita près d’elle pour la rattraper, mettant ses revolvers à sa ceinture. Elle ne regardait pas la jeune fille semi morte dans ses bras, mais leur ennemi, qui se contentait de leur offrir un sourire de psychopathe. Il n’attaquerait pas en premier hein ? Elle déplaça légèrement la jeune fille sur le coté afin de l’asseoir, appuyée contre le mur, puis elle sortir son téléphone de sa poche, composa un numéro et le porta à son oreille.

    -Ne t’en fait pas, j’appelle quelqu’un pour toi…qu’une équipe médicale me rejoigne immédiatement dans la salle de concert de Namimori…oui, c’est urgent.

    Elle se releva et repris en mains ses deux armes, visant Matthew avec. Avait-elle ou non atteins son niveau, en tellement d’années ? Lui était déjà un assassin professionnel qu’elle ne commençait pas même à s’entrainer auprès de son père. Lâchant un long soupire pour essayer de relaxer un peu, elle commença à lui envoyé une pluie de balle, tellement puissantes même que certaines se mirent également à abimer la les murs, le plafond, le sol autour de lui, et un nuage de poussière cacha la vue, aussi bien de la parraine que du tueur. Toucher ou pas ? Elle en doutait très sérieusement. Elle ne pu qu’attendre un peu, voir si réaction il y avait, mais il n’y en avait pas. Il était impossible pourtant qu’un homme comme lui soit mort après si peu, elle ne bougeait donc pas, sur ses gardes. Puis, il sortit du nuage de poussière pour porter un coup de pied dans l’estomac de la parraine, qui fut projetée en arrière, à quelque mètre de là, contre un poteau, sans doute là pour tenir d’ailleurs le bâtiment debout. Pliée par la douleur, elle ne réagit pas sur le coup, et se laissa glisser le long du poteau pour finir assise contre lui un petit instant.

    Un plan, il lui fallait un plan. Et elle sourit quand il fut tout trouvé, bien que risqué. Mettant une seconde fois ses revolvers à sa ceinture elle se releva en lui offrant un sourire, et lui annonça que puisqu’il se battait au corps à corps, elle en ferait de même, se précipitant vers lui, donnant l’air de vouloir lui donné un coup de poing, elle le frappa en pleine visage, il sourit, un rire sadique de nouveau, et planta, comme pour Sayuri ses griffes dans son ventre, la traitant de fille stupide. Elle sentait le sang couler, sans doute plus rapidement même que celui de Sayuri coulais quand elle avait reçu le même coup. Avait-il enfoncé ses griffes encore plus loin pour la parraine ? La douleur était insupportable, et pourtant, elle posa son regard sur lui, se forçant à sourire. Profitant du fait qu’il était près d’elle et qu’il ne pouvait reculer dans l’immédiat, elle prit un de ses revolver, le plaqua contre le buste de l’homme, luttant pour resté consciente, elle ne fit même pas attention à où exactement, et tira. Elle ferma ensuite les yeux, ne pouvant plus les laisser ouvert, et sentant les griffes se retirer de son corps, elle tomba, semi consciente. On la rattrapa, se forçant à rouvrir les yeux sur le coup. C’était un des membres de sa section médicale. Elle désigna la jeune CEDEF et leur demanda de s’occuper également d’elle, et en priorité s’ils n’étaient pas assez nombreux pour s’occuper de deux personnes à la fois avant de perdre connaissance, sans même savoir si elle avait réussi à tuer l’assassin ou non.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melo-chan.skyrock.com/
Sayuri Hana
Aspirant CEDEF
avatar

Nombre de messages : 50
Age : 24
Localisation : Somewhere...
Date d'inscription : 19/12/2009

Feuille de personnage
Flamme: Pluie
Expérience :
22/100  (22/100)
Message RP:

MessageSujet: Re: Souvenirs d'une vie passée [PV Mitsuki]   Jeu 18 Fév - 15:21:07

Elle avait ratée sa tentative. La voilà hors d'état de combattre, son sang s'écoulant des plaies que son pire ennemi lui avait infligée. Ses jambes commençaient à trembler sous son poids. Il ne tarderait pas à les achever, toutes les deux, si la jeune fille avec les revolvers subit le même sort. C'était peut-être la fin de sa vie. Une belle pourriture de vie, à servir le CEDEF et leurs principes minables, sans ne jamais, ou alors très peu souvent, penser à elle-même. Ils ne lui avait même pas fourni des informations précises, pour qu'elle le retrouve. Mais maintenant que c'était fait, c'était fini, pour elle. Ou peut-être pas. Elle n'était pas encore morte, et elle ne comptait pas vivre son dernier jour ici.

Mais ses jambes ne pouvaient plus la soutenir, et elle s'effondra, les deux mains appuyées sur son ventre. Entre ses doigts s'écoulait toujours son sang, petit à petit. Elle fut stoppée dans sa chute. Quelqu'un l'avait retenue. C'était cette fille aux cheveux roses. Elle ne la regardait même pas, elle avait les yeux braqués sur l'homme en noir. Délicatement, elle l'assit contre un mur, puis appela une équipe médicale. L'autre n'avait même pas bougé, même pas attaqué, il attendait. Il attendait qu'elle attaque, et c'est ce que la jeune fille fit. Elle tira plusieurs rafales de coups sur lui, qui élevèrent une grande fumée des murs et autres objets s'effritant sous l'impact des balles. La visibilité était devenue très mauvaise. Particulièrement pour Sayuri puisque sa vue commençait à se troubler. Elle était presque incapable de bouger, et la douleur était immense. Elle n'eut même pas le temps de voir leur ennemi sortir du nuage de fumée, et asséner un coup de pied à la jeune fille, qui fut propulsée contre une colonne. Le coup était puissant, et il pouvait bien assommer une personne qui n'était pas entrainée. Mais elle était encore consciente. Enfin pas tellement consciente que ça, puisqu'elle lui annonçait qu'elle aussi se battrait au corps-à-corps. Était-elle folle? Ou alors avait-elle un plan? Peut-être les deux...

Elle s'élança et tenta de lui asséner un coup de poing au visage, et, comme Sayuri, les griffes la transperça au niveau du ventre. Ce qui s'était passé ensuite s'échappait de sa mémoire et de son observation, car sa vision floue l'empêcha de tout voir avec précision. Visiblement, elle sortit un revolver et tira sur son buste, à un endroit que Sayuri non plus ne vit pas précisément. Mais il avait été touché. Mais c'était surtout la jeune fille, elle avait été aussi gravement blessée qu'elle. Et l'homme en noir semblait s'éloigner. Sayuri prit son arc à côté d'elle et encocha une flèche. L'arme était lourde, comme jamais. Il n'avait jamais été aussi lourd pour elle, même quand elle l'a porté pour la première fois, à 3 ans. Mettre de la pression dans la corde était chose impossible. Elle voulait en finir, malgré sa vision très imprécise, et ses forces plus que faibles, mais elle en était incapable. L'arme tomba elle aussi sur le sol. Des gens étaient rentrés. Les paroles ne parvenaient à son esprit que par un écho incompréhensible, des gens s'affairaient un peu partout. Qui étaient-ils? Elle ne pouvait même plus réfléchir. La douleur était trop intense. Elle laissa la vague noire la submerger, s'enfonçant dans les ténèbres.


[2 jours plus tard : Centre de soin du QG Leone ]

Sayuri se réveilla en sursaut, et se redressa rapidement du lit dans lequel elle était couchée. Elle ressentit soudainement une grande douleur au ventre. Elle s'était redressée un peu rapidement, à vrai dire...
Elle laissa retomber sa tête sur l'oreiller, essayant de contenir la douleur tant bien que mal. Autour d'elle, il n'y avait que du blanc. Elle était seule, dans une chambre d'hôpital, sûrement à Namimori. Les divers appareils autour d'elle vérifiaient en permanence son état. La plupart des voyants étaient verts, c'était plutôt bon signe, enfin normalement.
Elle était vêtue de tout ce que les patients ont, c'est à dire les habits de l'hôpital, blancs, eux aussi. Aucune trace de ses affaires. Pas d'anneaux, pas de boîtes-armes. Il y avait sur la table à côté d'elle qu'une bouteille d'eau pleine et un verre vide. Sayuri, prise de curiosité, souleva sa tunique, pour observer la blessure. Elle avait été pansée. Le bandage faisait tout le tour de sa taille, et était d'ailleurs assez serré, pour limiter ses mouvements, sûrement. Sayuri se replaça rapidement comme elle devrait l'être en voyant que la poignée de sa chambre avait été actionnée.
Un homme en blouse blanche rentra, il devait avoir la quarantaine. Il la vit réveillée, et se dirigea vers elle.

" Ah, vous voilà réveillée. Vous aviez une méchante blessure, mais elle sera bientôt guérie. "
Sayuri sourit, en guise de remerciement. Elle n'allait pas le remercier avec des mots, mais elle devait savoir quel était son état.

" C'est grave? C'est quand que je serais de nouveau sur pied? "
Le docteur soupira avant de répondre.
" Ces jeunes... tous les mêmes, ils ne tiennent pas en place. Aucune fonction vitale n'a été touchée. Mais de toute façon, il va falloir te reposer pendant encore au moins une semaine, et ne pas faire de grands efforts pour éviter que la blessure ne se rouvre. "
Sayuri avait surtout envie de retrouver cette fille. Qui était-elle? Pourquoi savait-elle autant de choses sur elle et sur le meurtrier de ses parents? Et elle avait aussi besoin d'entraînement, pour battre cet homme, pour le tuer, lui faire regretter ses actes.
Le docteur regarda les écrans des machines, puis il reprit la parole.

" Reposez-vous, on va vous amener à manger. Vous devez être affamée après les deux jours de sommeil. N'hésitez pas à vous hydrater aussi."
Il montra la bouteille d'eau, puis sortit de la pièce, fermant la porte sans bruit derrière lui. Le repas arriva. Il n'était pas excellent, mais n'était pas mauvais non plus. Mais de toute façon, Sayuri avait vraiment faim, alors elle mangea la totalité de ce qu'on lui avait servi. Elle se redressa à nouveau un peu, et la douleur revint légèrement. Elle sentait qu'elle pouvait marcher si elle était debout, mais elle se dit que rester coucher était pour le moment la meilleure chose à faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuki Kagura
Aspirant Leone
avatar

Nombre de messages : 71
Age : 26
Date d'inscription : 17/12/2009

Feuille de personnage
Flamme: Ciel
Expérience :
5/100  (5/100)
Message RP: 5 messages & ancuns topic'

MessageSujet: Re: Souvenirs d'une vie passée [PV Mitsuki]   Ven 19 Fév - 23:34:48

    Mitsuki c’était réveillée dans un lit ressemblant fort aux lits d’hôpitaux, mais elle n’était pas dans un hôpital, et elle était très bien placée pour le savoir. En effet, les appareils tout autour d’elle, afin de vérifié son état de santé, ces vêtements blanc qu’elle portait, ce lit, toute la pièce blanche, et pourtant aucune fenêtre, les meubles remplis de médicaments et autre divers objets utilise aux soins, presque tout ressemblait parfaitement à un hôpital normal, et n’importe qui s’y serait cru, mais sa blessure aurait été bien importante si elle ne reconnaissait pas elle-même le centre de soin de son propre QG pas vrai ? Elle était donc là, allongée, les yeux posés sur lé plafond, se remémorant ce qui c’était passé. Quelle plaie…elle s’était évanouie. Depuis combien de temps dormait-elle ? Et Matthew, qu’était-il devenu ? Et Sayuri ? Elle soupira, elle devait sans doute se trouver dans une des chambres du centre de soin elle aussi. Elle voulait se lever pour aller la voir, mais déjà elle ne savait pas dans quelle chambre elle pouvait se trouver, ensuite, rien que se redresser lui ferait dans doute mal, du moins c’était ce qu’elle pensait.

    Après cinq minutes pourtant, l’idée de rester au lit lui paraissait insupportable, alors, mal ou non, elle se décida à se lever, en repoussant d’abord la couverture, puis en se redressant lentement, la main sur son ventre. C’était vrai que ça faisait mal, mais elle n’aurait pas imaginée à ce point. Cet homme n’avais pas retenu ses coups, hein ? S’il les avait retenus, elle se demanda bien quel genre de démon il était devenu. Restant un moment assis, ses deux mains à présent sur son ventre, elle attendit un petit moment, histoire que la douleur se calme un peu avant de se lever entièrement. Ensuite ? Direction le bureau afin de savoir dans quelle chambre avait été mise la jeune demoiselle, et lui rendre une petite visite afin de voir comment elle se sentait. La douleur calmée, mais toujours présente cependant, et bien présente, elle se leva, sans se ménager, et marcha à pas lent, sans trop avoir le choix, vers la porte. Elle l’ouvrit doucement et pris garde à ce qu’aucun médecin ne se trouve dans le couloir, on aurait essayé de la renvoyé immédiatement dans sa chambre si cela avait été le cas. Elle en était elle-même consciente, elle avait besoin de repos.

    Ce fut donc à pas lents, discret qu’elle marchait dans le couloir, se tenant d’une main contre le mur pour éviter de chuter en cas de perte d’équilibre, alors que son autre main était encore et toujours sur son ventre. Elle faisait attention à tout ce qui l’entourait, elle ne pourrait certes rien faire si des médecins passaient, mais autant ne pas les alertés en faisait du bruit, pas vrai ? Elle atteignit rapidement le bureau ou étaient enregistrées les entrées, sorties, chambres, traitements, états et j’en passe de chaque patient. Une chance qu’elle avait été placée dans une chambre non loin, pas vrai ? Elle entra discrètement, encore une fois bien chanceuse, personne ne s’y trouvait. Elle posa son regard sur l’horloge, midi six ? Pause déjeuné, mais on apportait sans doute également la nourriture aux patients, elle devait prendre garde dans les couloirs. Tranquillement elle s’assit sur la chaise et commença à fouillés des entrées récentes. Elle trouva la sienne datée de deux jours plus tôt, ainsi que l’entrée d’une jeune fille dont on ne connaissait pas l’identité, cela devait être elle. Deux jours, elle avait été inconsciente deux jours entiers ? Pour une blessure comme celle-ci ? Elle ne pensait pas le rester autant…Mais bon, pas le temps de commencer à réfléchir à ça, et surtout sans intérêt, elle voulait voir comment allait. Son état, selon l’ordinateur, avait l’air d’être un peu moins grave que le sien, certes rassurant, mais cela ne suffisait pas. C’était des pronostiques médicaux, la résistance physique de la personne n’entrait pas en compte dans ces rapports.

    Sortant donc de la pièce, le numéro de chambre de Sayuri Hana en tête, elle se remit en marche dans les couloirs, toujours avec cette même difficulté. Se faire blesser pour frapper son adversaire…à éviter la prochaine fois, si une autre option était possible bien sur. Si c’était pour finir dans cet état à chaque fois…mais bon, elle n’avait pas eu d’autres idées sur le coup, face à un homme pareil. Des difficultés même à traversé la moitié d’un couloir, ça ne lui ressemblait pas, elle se remettait toujours vite de ses blessures, habituellement. Mais bon, loin de s’en faire pour elle, elle voulait voir si Sayu s’en était remise, arrivée enfin devant sa chambre, elle frappa, lorsqu’une voix l’interpella.

    -Mitsuki-sama ! Veuillez retournez dans votre chambre je vous pris ! Vous avez besoin de repos !
    -Nan ! Je me sens bien, et puis je veux savoir comment elle va !

    Elle avait répondu avec une voix de gamine qui refuse d'aller au lit à l'heure, ou de manger quelque chose, et alors que le vieil homme en blouse blanche se précipitait vers la jeune fille pour sans doute la ramenée à sa chambre, sans même attendre que la jeune fille ne réponde, elle entra rapidement la pièce refermant la porte derrière elle, prenant bien soin de la bloquer avec une chaise. Certes, une vrai gamine, elle avait toujours assumé le fait qu’elle en était une, une parraine avec un caractère de gamine hein ? Son ventre lui fit mal comme jamais, elle aurait peut-être du faire ça en douceur. Son visage, pendant un petit moment montra très clairement la douleur qui l’habitait, et ses deux mains étaient à présent sur son ventre. Puis la douleur se calma, et, retirant une des deux mains de son ventre elle observa Sayuri avec un petit sourire maladroit, s’excusant d’être entrée comme ça. Et pendant ce temps, derrière la porte, le médecin priait sa « boss » de bien vouloir ouvrir. N’aurait-il pas pu l’appeler autrement, devant la chambre d’une jeune fille inconnue à ses yeux ? Elle s’approcha lentement de la jeune fille et se décida à lui parler, se postant à coté d’une chaise, près de son lit.

    -Salut ! Je peux m’asseoir ? Tu as sans doute des questions à me poser j’imagine … ?

    Son regard c’était posé sur le sol, elle n’était elle-même plus sûre de rien, et puis elle commençais à comprendre pourquoi elle n’était pas censée sortir du lit, la tête commençait à lui tourner…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melo-chan.skyrock.com/
Sayuri Hana
Aspirant CEDEF
avatar

Nombre de messages : 50
Age : 24
Localisation : Somewhere...
Date d'inscription : 19/12/2009

Feuille de personnage
Flamme: Pluie
Expérience :
22/100  (22/100)
Message RP:

MessageSujet: Re: Souvenirs d'une vie passée [PV Mitsuki]   Dim 21 Fév - 13:48:46

Une dispute dans le couloir? Cela y ressemblait à première vue. Soudainement, sa porte s'ouvrit pour laisser passer la même chevelure rose qu'elle avait déjà vue. Cette fille bloqua rapidemment la porte avec une chaise, alors qu'un homme tapait à grands coups sur la porte en ordonnant à sa boss de sortir...
Sa Boss?!?! Sayuri contemplait avec des gros yeux la jeune fille qui venait d'entrer. Elle était déjà boss d'une famille, à son âge?! Et puis, elle était venu jusqu'ici, elle allait déjà mieux? Le fait qu'elle se tienne le ventre en ayant l'air de souffrir lui ôta cette idée de la tête. Elle était bien entendu encore blessée, et elle était quand même venue jusqu'ici. Elle était donc curieuse, et impatiente. Un peu comme une gamine en fait. Mais Sayuri devait avouer que la fille qui lui faisait face était jolie, mais là n'était pas la question... Elle s'était avancé avec un petit sourire d'excuse d'être entrée comme ça, mais ce n'était pas grave.
Elle lui demanda si elle pouvait s'assoir, et savait que Sayuri avait sûrement une foule de question à lui poser.

" Ça a pas l'air confortable cette chaise, assied-toi plutôt ici... Tu peux même t'allonger. Smile"
Tout en prononçant ces mots, Sayuri s'était décalée jusqu'à un coin de son lit, laissant une moitié pour la jeune fille. Le lit n'était pas excessivement grand, mais Sayuri était plutôt maigre, et ne prenait pas beaucoup de place. Et puis elle aussi était blessée. Sayuri lui avait laissé largement assez de place pour qu'elle s'allonge. Après tout entre blessées, il fallait bien un peu s'entraider...
Bon, il fallait sûrement en venir aux questions, Sayuri en avait tellement que les débiter à la suite allait sûrement empêcher la jeune fille de suivre la liste qu'elle avait en tête. Et en plus, son voyage n'avait pas l'air de lui avoir fait du bien, elle était très pâle, et visiblement pas très en forme. Mais est-ce-que Sayuri était elle aussi très pâle? C'était possible, mais pas forcément le cas. Enfin bref, Sayuri enchaîna toutes les questions, mais elle lui laissait à chaque fois le temps de répondre...

" Oui, j'ai une foule de questions, tu peux même pas imaginer combien...
Déjà, Comment tu t'appelles? Moi c'est Sayuri... Mais je crois que tu le sais déjà, ça... Et justement, comment tu connais mon nom et toutes ces informations sur moi?

Cet homme en noir, qui c'est, exactement?

Celui qui est toujours en train de frapper à la porte et fait un vacarme pas possible qui résonne dans ma tête t'as appelé boss... Tu es une parraine? De quelle famille?

Ah, oui, tu sais où sont mes affaires? ^-^"

Désolée de t'embêter avec toutes ses questions... Tu devais aussi prendre du repos tu sais... ^-^' "


Bon, elle devait avouer qu'elle aussi était très curieuse, et elle tenait à sa boîte-arme et à son anneau comme à la prunelle de ses yeux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuki Kagura
Aspirant Leone
avatar

Nombre de messages : 71
Age : 26
Date d'inscription : 17/12/2009

Feuille de personnage
Flamme: Ciel
Expérience :
5/100  (5/100)
Message RP: 5 messages & ancuns topic'

MessageSujet: Re: Souvenirs d'une vie passée [PV Mitsuki]   Mar 23 Fév - 16:32:39

    -Ça a pas l'air confortable cette chaise, assied-toi plutôt ici... Tu peux même t'allonger.

    Elle s’était ensuite décalée jusqu’au bord de son lit pour lui en laisser une moitié. C’était prévenant, surtout pour une jeune fille qu’on ne connaît pas, mais bon, elle avait sans doute bien du voir qu’elle ne lui voulait pas de mal. Elle l’avait soignée, puis elle s’était battue contre Matthew également. Avec un doux sourire de remerciement aux lèvres, Mitsuki S’allongea à coté d’elle en écoutant sa première question.

    -Oui, j'ai une foule de questions, tu peux même pas imaginer combien...Déjà, Comment tu t'appelles? Moi c'est Sayuri... Mais je crois que tu le sais déjà, ça... Et justement, comment tu connais mon nom et toutes ces informations sur moi?

    -Mitsuki Kagura… Ensuite ces informations sur toi…Les informations, c’est le domaine de ma famille disons, à ce sujet je ne peut pas vraiment entrer dans les détails.

    -Cet homme en noir, qui c'est, exactement?

    -Matthew Fuyu…Un Millefiore haut placé, et par la même, l’assassin de tes parents. Il était très jeune quand il les as tués, sachant ça je suppose qu’il est inutile de préciser que c’est un véritable démon au combat, tu as bien pu le voir d’ailleurs. Si tu dois en vouloir à quelqu’un, c’est à lui. C’était son propre choix de les tuer, on ne lui a jamais rien ordonné à cette époque…C’est ce qui a fait qu’il a intéressé Byakuran je pense, cette soif de sang naturelle et dès un très jeune âge.

    -Celui qui est toujours en train de frapper à la porte et fait un vacarme pas possible qui résonne dans ma tête t'as appelé boss... Tu es une parraine? De quelle famille?

    - Je suis la parraine de la famille Leone. Peut de personnes le savent, étant donné que j’ai succédé à mon père mort il y a peu, et je fais tout pour que ça ne se sache pas. Une parraine de 17 ans et une fille de surcroit…Ca ne fait pas très crédible pas vrai ?

    Elle lui tira la langue de façon gamine, puis hurla à l’homme derrière la porte d’arrêter ça et d’aller s’occuper de ceux qui en ont besoin. Se résignant, il accepta et on entendit enfin ses bruits de pas s’éloigner lentement. Ce que ce silence pouvait faire du bien. La parraine ferma un moment les yeux pour en profiter, lorsqu’une autre question fusa.

    -Ah, oui, tu sais où sont mes affaires? ^-^"

    -Elles doivent être gardées quelque part dans le bureau. Etant donné que tu n’es pas de notre famille ils ont du trouver plus prudent de les garder pour le moment, mais ne t’en fait pas, nous ne sommes pas des voleurs, loin de là. J’irais te les rechercher un peu plus tard si tu veux.

    -Désolée de t'embêter avec toutes ses questions... Tu devais aussi prendre du repos tu sais... ^-^'

    -C’est normal de se poser toutes ces questions dans ta situations, et à ta place j’aurais aimé qu’on me réponde également…mais plus important, cette chambre, c’est celle que j’ai habituellement, donc logiquement…


    La jeune demoiselle se leva avec difficulté et se traina littéralement jusqu’à une armoire remplie de toutes sortes de médicaments et autre. De là, elle en sortir une boite blanche avec un croix rouge, un trousse de premier secours plus précisément, et retourna s’allonger à coté de Sayuri. Enfin, elle ouvrit la boite, qui ne contenait non pas toutes sortes de désinfectants et bandages, mais toutes sortes de confiseries. Avec un petit sourire, elle lui expliqua qu’elle achetait de temps en temps des bonbons et qu’elle les cachait ici en prévision, histoire d’avoir quelque chose de mangeable, mis à part leur affreuse nourriture d’hôpital. Enfin, elle lui dit qu’elle pouvait se servir en prenant une fraise et en la portant à sa bouche. Maintenant qu’elle avait eu réponse à toutes ses questions, elle pourrait sans doute se détendre.

_________________


Dernière édition par Mitsuki Kagura le Jeu 25 Fév - 6:30:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melo-chan.skyrock.com/
Sayuri Hana
Aspirant CEDEF
avatar

Nombre de messages : 50
Age : 24
Localisation : Somewhere...
Date d'inscription : 19/12/2009

Feuille de personnage
Flamme: Pluie
Expérience :
22/100  (22/100)
Message RP:

MessageSujet: Re: Souvenirs d'une vie passée [PV Mitsuki]   Mer 24 Fév - 21:06:48

Ingénieux comme moyen, placer des bonbons en tous genre dans une trousse de premier secours. Cela tira un sourire à Sayuri. Mis à part il y a quelques minutes, elle n'avait pas sourit depuis longtemps. Il faut dire qu'une existence de mafieux ne laissait par réellement le temps à la rigolade. Sayuri en avait presque oublié l'amitié, qui était plus que bienvenue après les moments difficiles qu'elle venait de passer.

Sayuri ne se servit pas tout de suite, mais elle serra le poing en se remémorant les derniers évènements. Maintenant qu'elle savait qui il était, et même si il était beaucoup plus fort qu'elle, elle avait envie de le retrouver, pour l'affronter à nouveau, et cette fois ci le vaincre. Sayuri pensait déjà à s'entraîner, à progresser comme elle pouvait. Mais ce n'était pas le moment de penser à ça. Elle était blessée, et avant de pouvoir s'entrainer, elle devait récupérer. Et puis, pendant ce temps, il fallait mieux s'entretenir avec la boss des Leones.

Déjà, Sayuri ne connaissait pas la famille des Leones, et c'était assez surprenant que ce soit elle la parraine. Elle était très jeune. Mais la jeunesse est-elle signe d'inexpérience? Sûrement pas, sinon pourquoi ses parents seraient-ils morts?
Sayuri s'empara d'une confiserie au hasard. Elle tomba sur un bonbon aux fruits qu'elle mangea sans broncher. Le sucre et l'acidité des bonbons n'étaient sûrement pas bons pour leurs ventres, mais après, il fallait avouer que les médecins exagéraient toujours. Enfin peut-être qu'il y avait une bonne raison, sans doute, même. Sayuri ne put s'empêcher de continuer la conversation sérieusement en reprenant une confiserie...

" Mitsuki... Ce serait possible que tu me donnes toutes les informations sur Mathew, s'il te plait?"

Sayuri se doutait que la réponse allait être négative, Sayuri n'était même pas encore remise de sa blessure, et voilà qu'elle demandait des renseignements sûrement confidentiels à la famille sur cet homme. Mais Mitsuki se doutait-elle qu'elle voulait le retrouver? Ou allait-elle penser que Sayuri voulait simplement en savoir plus? Ça restait à déterminer...

[hrp] Post court mais fatiguée et pas trop trop d'inspiration. Désolée... [/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuki Kagura
Aspirant Leone
avatar

Nombre de messages : 71
Age : 26
Date d'inscription : 17/12/2009

Feuille de personnage
Flamme: Ciel
Expérience :
5/100  (5/100)
Message RP: 5 messages & ancuns topic'

MessageSujet: Re: Souvenirs d'une vie passée [PV Mitsuki]   Dim 28 Fév - 17:03:52

    Elle sourit voyant la jeune fille s’emparer enfin d’une confiserie après un petit moment. Bah quoi ? Elle en mangeait aussi alors elle ne pouvait tout de même pas penser que c’était empoisonné, et puis bon, penser qu’on tente de l’empoisonner alors qu’on vient de lui sauver la vie serait u peu abusé, alors peut-être s’en faisait-elle seulement pour sa santé ? Elle avala la confiserie et en prit une autre tranquillement, avec un air sérieux, avant de reprendre la parole.

    " Mitsuki... Ce serait possible que tu me donnes toutes les informations sur Mathew, s'il te plait?"

    Elle posa un regard sur la jeune blonde en prenant un autre bonbon. Avait-elle la moindre idée de ce qu’elle lui demandait ? Leurs deux familles n’étaient pas alliées et elle lui demandait des informations ? Si ça ne tenait qu’à elle, bien sur, elle les lui aurait donnés, mais ce n’était pas le cas. Les Leone étaient neutre. Les Leone avaient pour habitudes de garder leurs informations secrètes et ce pour la bonne et simple raison que si elle commençait à divulguer des informations à telle ou telle famille, cela pourrait se comparer à du favoritisme et leur alignement de resterait pas neutre. Elle lui expliqua cela calmement en s’excusant.

    Depuis qu’elle avait rétablit l’ordre dans ce désastre qu’avait fait son père dans la famille, elle tenait à cette sorte d’équilibre qu’elle avait pu instaurer dans la famille. Famille neutre, plutôt connu mais très discrète étant donné qu’on ne savait déjà pas, sauf peut-être pour les plus important que c’était une adolescente qui en était la parraine. Ceux qui connaissaient la famille devaient sans doute croire que son père était toujours parrain. Cela fit d’ailleurs penser à la jeune demoiselle une chose très importante : ce médecin avait dévoilé son identité à la jeune CEDEF. Soupirant intérieurement, elle repris calmement.

    -Au faite…J’aimerais que tu ne parle à personne de…de la parraine Leone, du faite que la boss soit une jeune fille de 17 ans. Peu de gens, même au sein de la mafia sont au courant que l’ancien parrain, mon père, est mort et que j’ai pris sa suite. J’aimerais que ça reste secret un petit moment, histoire de continuer au maximum à vivre normalement…

    Elle posa son regard vers la fenêtre. Pouvait-on vraiment faire confiance à cette jeune fille ? On ne pouvait de toute façon pas la séquestrée, alors, à partir d’ici, advienne que pourra, pas vrai ?

    [hrp]Désolée court aussi, j’ai eu du mal là >_< Au faite, je reprends les cours demain donc à partir de maintenant je serais pas mal plus longue à rep’, désolée.[/hrp]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melo-chan.skyrock.com/
Sayuri Hana
Aspirant CEDEF
avatar

Nombre de messages : 50
Age : 24
Localisation : Somewhere...
Date d'inscription : 19/12/2009

Feuille de personnage
Flamme: Pluie
Expérience :
22/100  (22/100)
Message RP:

MessageSujet: Re: Souvenirs d'une vie passée [PV Mitsuki]   Lun 1 Mar - 23:45:42

[hrp] T'inquiètes pas, moi aussi j'ai pas tellement d'idées, j'me répètes "-_-
Et puis les cours avant les loisirs, pas le choix. Prends tout ton temps. [/hrp]


Sayuri s'y était attendue, elle avait refusé. Sous prétexte de neutralité. Elle lui avait d'ailleurs tout expliqué, et Sayuri comprenait parfaitement. Elle avait déjà réfléchi pour savoir quoi faire si la réponse était négative, pour quelque raison que ce soit. Mais on ne fait pas un choix aussi important qu'elle l'avait imaginé sans se donner le temps de la reflexion.

Sayuri porta à nouveau la main vers la boîte et en tira un bonbon au caramel. Elle le mangea en gardant un petit sourire, bien que la situation pour elle était difficile. Elle fut interrompue brièvement dans ses réflexions par Mitsuki, qui lui demanda de ne rien révéler de son identité aux autres mafieux. Là aussi Sayuri la comprenait. Elle était jeune, et avait beaucoup de responsabilité. Gérer une famille n'est pas simple, surtout en ces périodes troubles de tension entre les Millefiore et Vongola.

- Tu peux compter sur moi. Je ne dirais rien.

Sayuri la regarda droit dans les yeux comme pour prouver sa sincérité. Sans elle, Sayuri serait sans doute morte, baignant dons son propre sang à la sortie d'une salle de concert. Et Sayuri n'avait aucun doute sur le fait que ce Mathew l'aurait fait souffrir atrocement si il avait été seul avec elle. Elle n'osait même pas imaginer ce qu'il serait arrivé. Une chance que Mitsuki soit venue.

Il n'y a pas à dire, cette parraine est généreuse et gentille avec ceux qui le mérite, mais est aussi très agressive quand le besoin s'en fait sentir. Ses bandages en témoigne. Finalement, Sayuri avait fait son choix, non pas à cause de la parraine, mais à cause de son but, vers lequel son existence est tourné. Ce n'est pas une vulgaire idéologie familiale qui va l'en empêcher. Quitte à s'éloigner de son passé, à être peut-être poursuivie, peu d'importance. Elle allait réussir à réaliser son rêve.
Sayuri prit donc la parole avec une assurance certaine, d'une voix emplie de détermination.

- Je ne suis plus une Vongola. Sans doute plus jamais. Je continuerais ma tâche seule si il le faut, mais il me faut ces informations, même si je dois tout y laisser. Tout ce que je veux c'est... réaliser mon rêve... et penser qu'il ne le sera peut-être jamais... ça... ...

Sayuri s'arrêta avec une voix chargée d'émotion, et elle sentit une larme couler au coin de son oeil. Elle se retourna et enfoui sa tête dans le drap pour essuyer la larme qui avait coulé, et aussi pour le cacher à Mitsuki. Une vraie mafieuse ne devrait pas pleurer, et encaisser. Mais Sayuri n'y arrivait plus, et les souvenirs étaient encore trop douloureux pour qu'elle puisse les faire taire. Elle repris toutefois contenance, mais resta retournée.
- Je ferais ce que je dois faire. Quitte à y laisser la vie, mais je réussirais. Avec ou sans ton aide. Les Vongola, j'y suis restée parce-que c'était la famille de mes parents, et qu'ils avaient sûrement des information sur cet homme qui les as tué. Mais ils ne m'ont jamais donné un seul renseignement. Rien. Même pas quelques mots. Non, à partir de maintenant, je ne suis plus une Vongola. Je... tuerais cet homme, de mes mains, quitte à n'être plus rien, quitte à mourir. Il mourra, dans autant de souffrances que ce que mes parents ont sûrement endurés. Je le lui rendrais au triple si je pouvais...

Sayuri s'arrêta de parler, elle ne dit plus rien, ne bougea plus. Elle avait fermé les yeux, et elle savait ce qu'elle faisait, les conséquences de ses actes, elle s'en contre-fichait tant qu'elle avait ce qu'elle désirait.
Mais le passé reste toujours en mémoire, dés fois il part, comme le goût de caramel dans la bouche de Sayuri, dés fois ils restent, sûrement comme la mince cicatrice qui devrait désormais orner son ventre, comme Mitsuki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Souvenirs d'une vie passée [PV Mitsuki]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Souvenirs d'une vie passée [PV Mitsuki]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Passé sombre.
» Quand le passé nous tien...
» MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre
» [Blog] Souvenirs, souvenirs......
» Le père Noël existe, il est passé nous voir !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kateikyoushi Hitman Reborn ! :: Namimori :: Extérieurs :: + Salle de concert +-
Sauter vers: